Audit de pratique : réalisation de la délivrance dirigée et conformité aux recommandations de la Haute Autorité de Santé / Aurélie Putod ; sous la dir. de Yasmina Guebbabi

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Hémorragie de la délivrance -- Prévention -- France -- Voiron (Isère)

Hémorragie de la délivrance -- Prévention -- France -- Albertville (Savoie)

Accouchement provoqué

Ocytocine

Soins médicaux -- Évaluation

Classification Dewey : 618

Guebbabi, Yasmina (1984-....) (Encadrant académique / degree committee member)

Université Joseph Fourier (Grenoble ; 1971-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : L’objectif principal de notre étude était d’observer les différentes pratiques des professionnels de santé et de voir si elles étaient toutes conformes aux recommandations fixées par la HAS pour la réalisation de la Délivrance Dirigée (DD) en prévention de l’hémorragie de la délivrance. Nos objectifs secondaires étaient de décrire les pratiques non conformes et les autres mesures prophylactiques lors de cette troisième phase du travail. Une comparaison des voies d’administration a été faite pour savoir si une technique permettait d’être plus conforme qu’une autre. Il s’agissait d’une étude descriptive prospective multicentrique réalisée dans les Centres Hospitaliers de Voiron et d’Albertville. Trente professionnels de santé ont été observés du 20/08/12 au 7/12/12 sur la base d’un formulaire. Nos résultats ont montré que les pratiques pour l’injection de la DD étaient conformes aux recommandations de la HAS pour : la molécule utilisée, sa posologie et sa voie d’administration. Elles n’étaient pas conformes pour : le moment d’administration et la qualification du professionnel faisant l’injection. Les pratiques étaient peu conformes pour les autres mesures préventives associées à la DD. La comparaison des voies d’administration a montré qu’aucune ne permettait d’être plus conforme qu’une autre pour les critères d’observation. En conclusion, notre étude a montré qu’il serait nécessaire de revoir les recommandations de la HAS car leur stricte application semble difficile en regard de la réalité clinique.