La littérature malgache d'expression française, une littérature en exil, une littérature de l'exil, une littérature des exilés / Njaka Tsitohaina Ramiandrarivo ; sous la direction de Daniel-Henri Pageaux

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Rabearivelo -- Jean-Joseph -- 1901-1937 -- Critique et interprétation

Raharimanana -- Jean-Luc -- 1967-.... -- Critique et interprétation

Rakotoson -- Michèle -- 1948-.... -- Critique et interprétation

Littérature malgache de langue française -- Histoire et critique

Littérature malgache de langue française -- Thèmes, motifs

Bilinguisme et littérature

Littérature d'exil

Exil -- Dans la littérature

Pageaux, Daniel-Henri (1939-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Bessière, Jean (1943-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Mouralis, Bernard (1941-....) (Membre du jury / opponent)

Godoy, Philippe (Membre du jury / opponent)

Fremigacci, Jean (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Littérature française et comparée (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Nombreux sont les écrivains malgaches francophones vivant en exil, tirant de cette expérience personnelle leur sujet ; un itinéraire culturel dont le point de départ est le bilinguisme et la volonté d’échapper à l’embrigadement que suggère l’insularité. Cela donne au texte le cachet de l’œuvre accomplie: liant à la fois la volonté d’aller à la rencontre de l’autre et la quête de soi, livrant de fait, l’intime, le profond à la surface, à l’universel. L’écriture est perçue et vécue en tant qu’acte cathartique contre l’égarement de l’ego sans doute mais surtout de l’environnement soumis, offert et dévoilé à l’écrivain ; une fin utopique peut-être, mais néanmoins essentielle pour celui qui entrevoit la création littéraire comme une épée pourfendant les faiblesses de la réalité, servant à se rapprocher, à entrevoir et à modeler les caractéristiques de son monde idéal. Avec, évidemment, la complicité du double imaginaire du créateur, ce jumeau sombre par lequel Faulkner désigne le narrateur. Se dégage la difficulté de vivre avec l’autre, une coexistence annonciatrice d’un phénomène de scission, d’assimilation, pour une mise en exergue de l’espace et de la psychologie des protagonistes: complexité et dialectique du caractère où révolte et soumission, héroïsme et apathie, s’entremêlent pour dévoiler l’itinéraire commun et le parcours individuel de leur créateur qui prend le choix de la réalité décadente comme matière de l’inspiration romanesque. En somme, si la littérature malgache d’expression française est fortement enracinée dans la culture malgache, elle met aussi face à une écriture qui constitue un espace de rencontre et de tension avec l’autre, où le français apparaît comme la langue de l’ouverture, salutaire ou non.

Résumé / Abstract : Many Malagasy French speaking authors live in exile and make their personal experience their topic ; their personal experience represents a cultural itinerary arising from their bilingualism and their will to escape from regimentation due to insularity. Their personal experience provides to their text the achieved work character, combining their will to meet the other and their will to look for themselves, therefore revealing their depths, their inmost being to the universe. Writing is perceived and experienced as a cathartic action probably against self distraction but chiefly against the distraction of the environment which has been submitted, offered and revealed to the author. This purpose may appear utopian, nevertheless it appears essential for the one who foresees literary creation as a sword assailing the weaknesses of reality in order to get closer, foresee and make the characteristics of his ideal world. This creation occurs obviously with the complicity of the author imaginary double, this dark twin [« jumeau sombre »] by which Mr Faulkner refers to the narrator. From all this it emerges a difficulty to live with the other, a coexistence that forewarns a splitting and assimilating phenomena tending to highlight the space and psychology of protagonists: the complexity and dialectic of the character intermixing rebellion and submission, heroism and apathy finally reveals the common itinerary and individual background of the author who decides to draw his romantic inspiration from the decadent reality. In short if the Malagasy French language literature is deeply rooted into Malagasy culture, it also offers a writing allowing to meet and interact with the other and therefore makes the French language an open-minded language.