Apprendre à peindre : les ateliers privés à Paris, 1780-1863 : [colloque, Tours, Université François-Rabelais, juin 2011] / sous la direction de France Nerlich & Alain Bonnet ; avec la collaboration de Arnaud Bertinet ; préface de Sébastien Allard

Date :

Type : Livre / Book

Langue / Language : français / French

ISBN : 978-2-86906-297-9

EAN : 9782869062979

Ateliers d'artistes -- France -- Paris (France) -- 18e siècle

Ateliers d'artistes -- France -- Paris (France) -- 19e siècle

Peinture -- Étude et enseignement -- France -- Paris (France) -- 19e siècle

Peinture -- Étude et enseignement -- France -- Paris (France) -- 18e siècle

Professeurs d'art -- France -- Paris (France) -- 19e siècle

Professeurs d'art -- France -- Paris (France) -- 18e siècle

Classification Dewey : 759.05

Nerlich, France (1977-....) (Directeur de publication / publishing director)

Bonnet, Alain (1959-.... ; historien de l'art) (Directeur de publication / publishing director)

Bertinet, Arnaud (1977-....) (Collaborateur / collaborator)

Allard, Sébastien (1967-....) (Préfacier, etc. / author of introd)

Université de Tours (1971-....) (Organisateur de réunion / organizer of meeting)

Collection : Collection Perspectives historiques / Tours : Maison des sciences de l'homme Villes et territoires , 2003-

Relation : Apprendre à peindre : les ateliers privés à Paris, 1780-1863 : [colloque, Tours, Université François-Rabelais, juin 2011] / sous la direction de France Nerlich & Alain Bonnet ; avec la collaboration de Arnaud Bertinet ; préface de Sébastien Allard / Tours : Presses universitaires François-Rabelais , 2018

Résumé / Abstract : "Où apprenait-on à peindre à Paris au XIXe siècle ? Cette question pourtant cruciale n'a jusqu'à maintenant guère été approfondie par les historiens de l'art dont l'attention était surtout tournée vers le fonctionnement de l'École des beaux-arts. Or les classes de peinture n'y furent introduites qu'en 1863. De la fin du XVIIIe siècle à 1863, c'est dans l'espace hybride des ateliers privés d'enseignement, entre ancienne cellule artisanale et structure académique, que s'inventent et se développent de nouvelles approches du métier de peintre. Au-delà des aspects techniques et esthétiques, c'est le statut même des artistes qui se redéfinit à l'aune d'une autonomie inédite. Le caractère professionnel des formations se précise, tandis que la relation entre le maître et l'élève gagne en complexité. Si la nostalgie du lien intime entre patron et apprenti de l'Ancien Régime apparaît comme un leitmotiv de la réflexion artistique, la situation nouvelle des ateliers privés favorise l'émancipation des jeunes peintres par rapport à l'autorité du maître." [Source : 4e de couv.]