Le chewing-gum indien : la chique de bétel / Nadine Akbaraly ; [sous la direction de] Pierre Champy

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2013

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Poivrier bétel -- Asie du Sud-Est

Noix d'arec -- Asie du Sud-Est

Tabac -- Inde

Champy, Pierre (1977-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Paris-Sud. Faculté de pharmacie (Châtenay-Malabry, Hauts-de-Seine) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : La chique de bétel ou « paan » est traditionnellement consommée principalement en Asie du Sud-Est. Elle se compose d’une feuille de bétel tapissée par de la chaux et garnie de morceaux de noix d’arec avec divers condiments sucrés (anis, fenouil, cerise confite, poudre d’amende, etc.) et plus ou moins du tabac à mâcher. La feuille de bétel et la noix d’arec se cultivent dans des climats tropicaux ou subtropicaux. La noix d’arec contient des alcaloïdes pipéridiniques (arécoline, arécaïdine) nocifs pour l’homme et la feuille de bétel essentiellement des phénols aromatiques (eugénol, chavicol). Au long terme, la consommation du paan entraîne des problèmes bucco-dentaires tels que la maladie parodontale ; La leucoplasie orale et la fibrose orale sous-muqueuse sont spécifiques à la chique de bétel : ce sont des pathologies précancéreuses. La fibrose orale est souvent diagnostiquée tardivement par manque de moyen financier de la population. Elle se caractérise par la formation de tissus fibreux dans la muqueuse buccale ainsi que la dégénérescence des muscles de la cavité buccale entrainant une limitation d’ouverture buccale et une incapacité à s’alimenter ; elle reste néanmoins difficile à soigner. Le stade final est le carcinome épidernoïde buccal qui est aussi délicat à soigner. L’ajout de tabac dans la chique augmente la dépendance et un facteur de risque pour les différentes lésions buccales. L’Etat indien entreprend des démarches sanitaires pour diminuer la consommation de tabac et de la chique, notamment chez les jeunes adolescents et les femmes, mais un travail considérable reste à faire.