Infection des épithélia du parodonte par le virus Epstein-Barr : vers un nouveau modèle physiopathologique de la maladie parodontale / par Séverine Vincent ; sous la direction d'Alain Doglio et d'Isabelle Precheur

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2012

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Virus d'Epstein-Barr

Parodontopathies

Cellules épithéliales

Apoptose

Doglio, Alain (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Prêcheur, Isabelle (1960-.... ; chirurgien dentiste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Nice (1965-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université de Nice-Sophia Antipolis. Faculté des sciences (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences de la vie et de la santé (Sophia Antipolis, Alpes-Maritimes) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Les parodontites chroniques (PC) sont la première cause de perte des dents dans le monde. Bien que les bactéries pathogènes initient l’inflammation parodontale, d’autres mécanismes pathogéniques sont mis en jeu. Les virus, notamment le virus Epstein-Barr (EBV), pourraient agir synergiquement avec ces bactéries dans le développement de la parodontite. Cependant, les preuves manquent encore pour démontrer que EBV se réplique activement dans les tissus parodontaux, quelles cellules parodontales sont infectées et quels mécanismes pathogéniques sont impliqués. Ce travail a pour objectif principal d’établir un lien entre la présence EBV dans les cellules épithéliales du parodonte (EEp) et la sévérité de l’atteinte parodontale. Les Cep de 20 patients atteints de PC ont été anaysées par des techniques d’immunohistochimie, d’immunofluorescence, de PCR quantitative et d’hybridation in situ. Nos travaux montrent de manière originale que les Cep de l’épithélium jonctionnel sont fortement infectées par EBV et que cette infection est corrélée à la sévérité de la PC. De plus la majorité des Cep de PC, infectées par EBV, sont apoptotiques. La présence EBV semble aggraver la situation inflammatoire locale en activant la production de chimiokines inflammatoires, dont CCL20, qui contrôle l’infiltration tissulaire de nombreuses cellules immunitaires. L’infection EBV est fortement corrélée à la production de CCL20 par les Cep. Nos résultats mettent en évidence un nouveau paradigme où une pathologie liée à EBV pourrait impliquer l’infection massive des cellules épithéliales, établissant un premier modèle de réplication épithéliale EBV in vivo, chez des individus en bon état de santé.

Résumé / Abstract : Chronic periodontitis (CP) is a common inflammatory disease recognized as a major cause of tooth loss worldwide. Although bacterial pathogens are thought to initiate the periodontal inflammation, other pathogenic mechanisms must contribute. Viruses, notably Epstein-Barr virus (EBV), have emerged as putative periodontal pathogens, leading to the proposal of a synergistic model between viruses and bacteria. However, evidence is still lacking to demonstrate that EBV actively replicates in periodontal tissues, and if so, which periodontal cells are infected and which pathogenic mechanisms might be involved. Therefore, aim of our work was to explore these questions in CP patients. Using a simple cell-sampling, periodontal cells from 20 CP patients were analyzed through histologic, immunochemical, quantitative RT-PCR, and in situ hybridization studies. We discovered that the periodontal epithelial cells (pEC) of the junctional epithelium are frequently infected with EBV and this frequency correlated with disease progression. Moreover, EBV-infected pEC were more likely to be apoptotic than non-infected pEC and that apoptosis and EBV-infection of pEC were strongly associated. It was also thought that EBV may contribute to local immune dysfunction through the production of local inflammatory chémokines. We focused on CCL20 expression and showed that EBV-infection and CCL20 production by pEC was strongly associated. Our findings are novel in that they uncover a new paradigm whereby an EBV-associated pathology involves widespread infection of epithelial cells, establishing a first in vivo model of epithelial EBV replication in otherwise healthy individual.