Expérience et événement : le statut du corps chez Merleau-Ponty et Deleuze / Toru Kobayashi ; sous la direction de Renaud Barbaras

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2012

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Merleau-Ponty -- Maurice -- 1908-1961 -- Critique et interprétation

Deleuze -- Gilles -- 1925-1995 -- Critique et interprétation

Corps (philosophie)

Phénoménologie

Métaphysique

Expérience

Barbaras, Renaud (1955-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Expérience et événement : le statut du corps chez Merleau-Ponty et Deleuze / Toru Kobayashi ; sous la direction de Renaud Barbaras / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 2013

Relation : Expérience et événement : le statut du corps chez Merleau-Ponty et Deleuze / Toru Kobayashi ; sous la direction de Renaud Barbaras / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 2012

Résumé / Abstract : La pensée du corps, que nous établissons principalement au croisement de Merleau-Ponty et Deleuze, nous conduit à la dimension productive de la Nature dans laquelle le corps vient se réhabiliter et institue le champ de l'expérience pour organiser le libre jeu des événements. La philosophie de la Nature conduit nécessairement la pensée phénoménologique à la limite, tout en renouvelant radicalement la pensée métaphysique qui se développe désormais en marge du monde sensible sans jamais le quitter. La notion merleau-pontienne de Chair et la notion deleuzienne de Corps sans organes jouent là un rôle définitif, en tant qu'elles tracent une ligne subtile de démarcation entre le champ vécu et la vitalité profonde qui le dépasse à l'infini. Dans la Nature profonde et sans fond, le corps se dépasse toujours lui-même. Le sens vital, appelé tantôt « auto-survol» tantôt « individuation », est non seulement un foyer de la biologie contemporaine, qui traite ce mouvement vital par la notion inventive de la Forme, mais aussi de la recherche esthétique sur l'énigme de l'expérience artistique, pour laquelle le problème de création ne fait qu'un avec la question du vivre. Nous aboutissons ainsi à la créativité absolument vitale, bien que presque mortelle, à la profondeur du corps vivant qui se perd et se retrouve dans l'obscurité hallucinatoire qui seule lui donne sens pour survivre.