La dabka, danse et musique du Liban / Alia Toumi ; sous la direction de François Picard

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Danse -- Liban

Ethnomusicologie -- Liban

Picard, François (1954-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Meeùs, Nicolas (1944-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Kanafani-Zahar, Aïda (1952-....) (Membre du jury / opponent)

Rovsing Olsen, Miriam (1947-....) (Membre du jury / opponent)

Wierre-Gore, Georgiana (Membre du jury / opponent)

Université Paris-Sorbonne (1970-2017) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Concepts et langages (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Patrimoines et Langages Musicaux (Paris) (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Résumé / Abstract : Cette thèse s’intéresse à la danse dabka, l’expression musico-chorégraphique la plus importante du paysage musical au Liban. Il s’agit d’analyser la dabka dans l’unité de son aspect musico-chorégraphique ; la danse étant analysée dans son lien avec la musique. Une autre dimension s’ajoute à cet aspect, il s’agit de l’aspect anthropologique de la dabka, la dabka en tant que manifestation sociale au Liban.Un choix méthodologique des enregistrements du terrain qui a duré pendant plus qu’une année au Liban, a permis de confronter les confirmations à priori de ce même terrain avec les résultats des analyses faites au cours de cette thèse pour les composantes ethnomusicologique et ethnochoréologique.

Résumé / Abstract : This thesis focuses on the dance dabka, the most important musico-choreographic expression of the musical landscape in Lebanon. The dabka is analyzed from a unified musico-choreographic standpoint where the dance is investigated in connection with music. The anthropological aspect is also considered, where the dabka is viewed as a social manifestation in Lebanon. A methodical selection of recordings, collected over a period of time of more than one year in Lebanon, allowed subjecting common beliefs to scientific scrutiny focusing on ethnomusicological and ethnochoreological aspects.