Apports de l’épreuve d’effort chez l’homme de 40 ans ou plus, asymptomatique, poursuivant ou reprenant une activité physique et sportive / Marie Emorine ; sous la direction de Michel Guinot

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Sportifs -- Examens médicaux

Épreuve d'effort

Condition cardiovasculaire -- Évaluation

Maladies cardiovasculaires -- Dépistage

Classification Dewey : 610

Guinot, Michel (1960-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Vanzetto, Gérald (1962-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Université Joseph Fourier (Grenoble ; 1971-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Objectifs : Déterminer la prévalence d’anomalies détectées lors d’une épreuve d’effort et l’incidence d’événements cardiovasculaires au cours du suivi. Méthode et sujets : 556 sportifs asymptomatiques, sans antécédent coronarien, âgés de plus de 40 ans ont bénéficié d’un test d’effort sur bicyclette ergométrique entre janvier 2007 et décembre 2010. En décembre 2011, recueil des événements cardiocirculatoires majeurs ou des gestes de revascularisation coronarienne chez ces sujets. Résultats : Cent quatre-vingt épreuves (32,8%) ont été considérées comme anormales : 55 sujets (30,6%) avaient un profil tensionnel d’effort anormal, 84 (46,7%) un trouble du rythme ou de la conduction et 71 (39,4%) un sous-décalage du segment ST. La fréquence de ces anomalies était d’autant plus grande que les sujets étaient âgés et avaient au moins un facteur de risque cardiovasculaire, alors que le niveau d’entraînement et de condition physique n’augmentaient pas la fréquence d’épreuves anormales. En décembre 2011, dans le cadre du suivi, un seul sujet a eu un événement cardiovasculaire majeur et deux sujets ont eu un geste de revascularisation coronarienne ; aucun décès n’a été constaté. Conclusions : Ces données suggèrent qu’il est pertinent de réaliser une épreuve d’effort dans cette population en raison d’une forte prévalence d’anomalies. La sensibilité de cet examen semble supérieure chez les sujets de plus de 50 ans avec au moins un facteur de risque cardiovasculaire. Par ailleurs, cette étude ne permet pas de conclure sur l’intérêt de l’épreuve d’effort dans la prédiction d’évènements cardiovasculaires étant donné leur faible incidence dans cette population et la durée brève du suivi.

Résumé / Abstract : Aims : To assess the prevalence of abnormalities during exercise testing and the incidence of cardiovascular events during follow-up. Methods : 556 asymptomatic athletes over 40 years old, without past coronary events, performed a graded maximal exercise test between January 2007 and December 2010. In December 2011, the cardiocirculatory events and coronary revascularization procedures were collected prospectively. Results : One hundred and eighty (32.8%) exercise tests were considered abnormal : 55 (30.6%) subjects had exaggerated systolic blood pressure response to exercise, 84 (46.7%) arrhythmia or a cardiac conduction problem and 71 (39.4%) ST-segment depression. The percentage of these abnormalities increased as subjects were older and had at least one cardiovascular risk factor, whereas physical fitness and training level did not increase the frequency of abnormal tests. In December 2011, during follow-up, only one subject had a major cardiovascular event and two subjects had a coronary revascularization procedure; no deaths were observed. Conclusion : These data suggest that exercise testing is relevant in asymptomatic sportsmen older than 40 years due to the high prevalence of abnormalities. The sensitivity of this test seems superior in subjects older than 50 years with at least one cardiovascular risk factor. This study cannot conclude on the relevance of exercise testing in predicting cardiovascular events due to their low occurrence in this population and a short follow-up period.