Hypertension artérielle pulmonaire associée au VIH : survie et facteurs pronostiques actuels : étude rétrospective de 77 cas d'octobre 2000 à janvier 2008 / Mathilde Guillaume ; sous la direction de Bruno Degano

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Hypertension artérielle pulmonaire -- Pronostic (médecine)

Hypertension artérielle pulmonaire -- Thérapeutique

VIH (virus)

Sida -- Chimiothérapie

Antirétroviraux

Classification Dewey : 610

Degano, Bruno (1968-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Massot, Christian (19..-.... ; médecin) (Président du jury de soutenance / praeses)

Université Joseph Fourier (Grenoble ; 1971-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Hypertension artérielle pulmonaire associée au VIH : survie et facteurs pronostiques actuels : étude rétrospective de 77 cas d'octobre 2000 à janvier 2008 / Mathilde Guillaume ; sous la direction de Bruno Degano / , 2009

Résumé / Abstract : L’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) liée au virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est une pathologie grave, dont la pathogénèse reste encore mal élucidée à l’heure actuelle. Nous avons étudié les caractéristiques de cette population et son évolution depuis l’avènement des multithérapies antirétrovirales efficaces et des traitements spécifiques de l’HTAP. Nous avons réalisé une étude rétrospective incluant des patients ayant une HTAP liée au VIH diagnostiquée entre octobre 2000 et janvier 2008, en excluant les autres facteurs de risque d’HTAP. 77 patients étaient inclus, 45 hommes et 32 femmes, avec un âge médian de 41 ans. Les deux principaux modes de contamination pour le VIH étaient l’usage de drogue par voie intraveineuse et la contamination par voie hétérosexuelle. Le délai médian entre le diagnostic de l’infection par le VIH et celui de l’HTAP était de 11,1 ans. 62 patients recevaient déjà une multithérapie antirétrovirale au moment du diagnostic d’HTAP, et 30 patients avaient une charge virale VIH indétectable. La médiane de la pression artérielle pulmonaire moyenne (PAPm) était de 47 mm Hg. Après le diagnostic d’HTAP, tous les patients étaient traités par multithérapie antirétrovirale, et 50 patients recevaient en plus un traitement spécifique de l’HTAP, ces patients ayant initialement des paramètres fonctionnels et hémodynamiques plus altérés. Les patients traités par traitement spécifique de l’HTAP en première intention avaient au cours du suivi une amélioration significative de leurs paramètres fonctionnels (périmètre de marche, stade fonctionnel NYHA) et hémodynamiques (PAPm, RVP, IC), alors que ceux traités uniquement par multithérapie antirétrovirale avaient seulement une amélioration de leur périmètre de marche. La survie des patients était de 88% à un an, 84% à deux ans, 72% à trois ans et 63 % à cinq ans. Les décès étaient liés dans 58% des cas à l’HTAP. Les facteurs pronostiques indépendants étaient l’index cardiaque inférieur à 2,8 L/min/m2 et les lymphocytes T CD4 inférieurs à 200/mm3. En conclusion, nous avons montré que la survie de ces patients s’était améliorée ces dernières années, et que la proportion de décès liés à l’HTAP avait diminué. Le pronostique de ces patient est lié principalement au nombre de lymphocytes T CD4 et à l’altération de leur fonction cardiaque.

Résumé / Abstract : Objectives: To examine baseline characteristics and outcome of patients with pulmonary arterial hypertension (PAH) associated with HIV infection (PAH-HIV) in the modern era of highly active antiretroviral therapy (HAART) and specific PAH therapy. Methods: We retrospectively reviewed data of 77 consecutive PAH-HIV patients without other associated risk factor for PAH referred to the French Reference Center for Pulmonary Hypertension between October 2000 and January 2008. Results were expressed as median [1st–3rd quartile].Results: At diagnosis of PAH, 81% of patients were on HAART, 79% had a CD4+ count >200 cells.mm-3 and 49% had undetectable HIV load. NYHA FC assessment was as follows: II (18%), III (73%), IV (9%). 6-min walk distance (6MWD) was 375 [288–421] m, and pulmonary vascular resistance (PVR) 689 [524–852] dyn.s.cm-5. HAART was given in all patients irrespective of their HIV status. PAH specific therapy was started in 50 patients and led after 29 [12–59] months to improvement in 6MWD (369 [290–416] to 469 [410–526] m, p< 0.0001) and PVR (800 [576–950] to 332 [226–596] dyn.s.cm-5, p<0.0001). In patients who did not receive PAH specific therapy, 6MWD improved after 37 [8–48] months (400 [331–454] to 429 [399–497] m, p<0.05), but haemodynamics did not change. Overall survival rates were 88% and 72% at 1 and 3 years, respectively. On multivariate analysis, cardiac index>2.8 L.min-1.m-2 and CD4+ lymphocyte count>200 cells.mm-3 were independent predictors of survival. Conclusions: Survival of PAH-HIV patients in the modern therapeutic era dramatically improved compared with previous reports. Prognosis in PAH-HIV is mainly related to CD4+ lymphocyte count and to cardiac function.