Accident vasculaire cérébral ischémique du sujet jeune et consommation de toxiques / Marianne Barbieux ; sous la direction d'Olivier Detante

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Maladies cérébrovasculaires -- Épidémiologie -- France -- Grenoble (Isère)

Toxicomanie

Jeunesse -- Usage des drogues

Cannabis

Cocaïne

Classification Dewey : 610

Detante, Olivier (1976-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Dematteis, Maurice (1966-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Université Joseph Fourier (Grenoble ; 1971-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Les Accidents Vasculaires Cérébraux Ischémiques (AI) restent un problème de santé publique, avec une incidence forte dans la population en âge de travailler. Environ un tiers des AI du sujet jeune restent de cause indéterminée, rendant la prévention secondaire inadaptée. La consommation de toxiques pourrait être la cause de ces AI. L’objectif de notre étude épidémiologique à inclusion prospective sur 2 ans et analyse rétrospective chez les AI de moins de 55 ans était de déterminer la prévalence de la consommation de toxiques et les caractéristiques démographiques et cliniques des patients consommateurs. Nous avons montré une prévalence de 13,8% de la consommation de toxiques chez les AI de moins de 55 ans, avec un lien inverse avec l’âge, statistiquement plus élevée chez les moins de 45 ans. Le premier toxique retrouvé est le cannabis (11,9%), le deuxième la cocaïne (5,9% des 18-35 ans), semblant sur-représentés par rapport à la population générale. La moitié des patients testés positifs aux opiacés prenait des traitements opiacés connus, mais aucun patient ne consommait d’amphétamine. L’interrogatoire sur la prise de toxiques manquait le plus souvent, en lien avec l’âge. Les consommateurs de toxiques étaient plus jeunes, tous tabagiques, sans différence pour les facteurs de risque habituels, le type ou le territoire des AI, le délai au dépistage urinaire ou le taux de thrombolyse. Il semble important de réaliser systématiquement un interrogatoire sur la prise de toxiques chez les AI jusqu’à 55 ans, d’améliorer les délais de dépistage urinaire et de réserver ces dépistages aux AI de moins de 45 ans, sans recherche d’opiacés.

Résumé / Abstract : Ischemic strokes (IS) remain a public health issue, especially in working age young adults, whose incidence is strong. About a third of these IS occurring in young adults remain of undetermined etiology, making secondary prevention inappropriate. Drug consumption could be the etiology for these young adults IS. Our 2-year prospective inclusion study objective was to determine the illegal drug consumption prevalence in patients with IS aged less than 55 years and the clinical and demographic characteristics of these drug abusing patients, due to a retrospective analysis. We showed a 13.6 percent prevalence for drug abuse in patients with IS aged less than 55 years, inversely linked to age, more important in patients under 45 years old. The most frequently used drug was cannabis (11.9%) and the second one, cocaine (5.9% in 18 to 35 year old patients), with a rate that seemed higher than in general population. Half of opiate-positive urinary test patients took known opiate therapeutics, and no patient used amphetamine. No drug use questioning was performed most often, linked to age. Illegal drug users were younger, all smokers and showed no statistical difference for common stroke risk factors, IS subtype, IS arterial territory, drug urinary test delay or thrombolysis rate. We think that it is mandatory to question IS patients on drug use until 55 years old. Drug urinary test delay should be shortened and these urinary test should be done only in IS patients under 45 years old, without searching for opiates.