Les services de renseignement français pendant la guerre d'Indochine (1946-1954) / Jean-Marc Le Page ; thèse dirigée par le professeur Maurice Vaïsse

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2010

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Guerre d'Indochine (1946-1954) -- Services de renseignements -- France

Officiers de renseignements -- Indochine -- 1945-1970

Services de renseignements militaires -- Indochine -- 1945-1970

Vaïsse, Maurice (1942-.... ; historien) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Institut d'études politiques (Paris ; 1945-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Les services secrets en Indochine / Jean-Marc Le Page ; [préface de Maurice Vaïsse] / Paris : Nouveau monde éd. , DL 2012, cop. 2012

Relation : Les services de renseignement français pendant la guerre d'Indochine (1946-1954) / Jean-Marc Le Page ; sous la direction de le professeur Maurice Vaïsse / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 2010

Résumé / Abstract : Parmi les raisons évoquées pour expliquer la défaite française en Indochine, la déficience des services de renseignement à été avancée. Nous voulons démontrer que cela n’a pas été le cas. Lorsque les troupes françaises reviennent en Indochine en 1945 tout doit être reconstruit, c’est en particulier le cas des services de renseignement. Peu à peu, toute la gamme des sources d’informations se met en place, mais a des rythmes différents. Si les services de la sûreté sont rétablis dès 1946, il faut attendre 1949 pour que le renseignement aérien devienne autonome. Il y a un accroissement des moyens à partir de 1951, lors du commandement du général de Lattre. Son successeur, le général Salan, poursuit son œuvre mais en suivant une orientation très technique qui entraîne une perte d’efficacité des services. Le général Navarre va tenter de remédier à cette situation en remettant le renseignement sur ses deux jambes (humain et technique) et tente d’insuffler une « mystique du renseignement ». En définitive, les services fonctionnent et alimentent le commandement en informations qui lui permettent d’éviter une surprise stratégique. Les organes de contre-espionnage de la RDVN, ne peuvent l’empêcher, malgré une couverture totalitaire de la population. La guerre d’Indochine s’internationalise et dès les premières années, de fructueux échanges de renseignements existent entre la France et ses alliés (GB, EU et Siam). Nous étudions le fonctionnement des services au quotidien, aussi bien dans le fonctionnement des réseaux d’agents de renseignements dirigés par les OR territoriaux, que dans les relations parfois difficiles entre les différents services.

Résumé / Abstract : Among reasons whose explain the French defeat in Indochina, insufficiency of intelligence services has been put forward. We want to show that it was not case. When the French expeditionary corps landed in Saigon, in October of 1945, the new commander in chief had to rebuild the French military structure. It was particularly the case of intelligence services. Little by little, all range of the sources of information was put in place. If the security service was restored from 1946, it was only in 1949 that the air-force intelligence service became autonomous. The means were increased in 1951, during the command of the general of Lattre. His successor, the general Salan, followed a very technical orientation which caused a loss of effectiveness of the services. The general Navarre tried to redress this situation. He developed the human sources and attempted to instil an «intelligence mystic ». The intelligence services were operated and gave information to the different commander in chief, which allowed them to avoid a strategical surprise. The organs of the DRV’s counterespionage could not prevent it, in spite of a totalitarian coverage of the population. From the first years, the Indochina war became international. A productive exchange of information existed between France and his allies (GB, United States and Siam). We study the functioning of services in the daily, as well in the functioning of intelligence agent networks directed by the territorial intelligence officers, that in the relations between the different services.