L'imaginaire de la ville aérienne / Nathalie Roseau ; sous la direction de Antoine Picon

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Aéroports -- Localisation

Urbanisme

Classification Dewey : 710

Picon, Antoine (1957-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Flichy, Patrice (1945-....) (Membre du jury / opponent)

Massu, Claude (1947-....) (Membre du jury / opponent)

Schwartz, Vanessa R. (Membre du jury / opponent)

Université Paris-Est (2007-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Ville et Environnement (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; ....-2009) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (Noisy-le-Grand, Seine-Saint-Denis) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : L’objet de la thèse est de comprendre la façon dont l’urbanisme et la mobilité aérienne se sont mutuellement nourris, et en quoi ces rencontres incessantes ont façon notre culture contemporaine. Le point de départ de l’enquête se situe en 1909, date à laquelle de grands spectacles de masse révèlent l’invention du vol dirigé au public. A partir de cette date, les relations entre les développements de la culture aérienne et le champ de l’urbanisme ne cesseront de consolider un discours sur la ville du futur. Dans cette perspective, la thèse montre de quelle façon les dispositifs de ville aérienne ou d’aéroport-ville fonctionnent comme un miroir pour la ville en devenir. En retraçant une histoire de ces distorsions complexes, la recherche montre que l’aéroport n’est finalement pas le prototype du non lieu mais un espace spécifique et concret, résultat d’une alchimie complexe nuançant l’assertion selon laquelle la globalisation induirait une homogénéisation de l’espace urbain

Résumé / Abstract : The aim of this thesis is to understand how urbanism and aerial mobility fed off each other and how the ongoing encounters between the two have shaped contemporary culture. We begin in 1909 which marked a major turning point. This was the year of the mass air shows that unveiled the invention of controlled flight to the general public. From this time on, developments in aerial culture combined with city planning to forge a utopian view of the city of the future. As such, the research shows the extent to which the features of the ‘aerial city’ or the ‘airport-city’ mirrored what cities were becoming. Providing and account of these complex distortions, the research demonstrates that airports are not ultimately the prototype of the anonymous « non-place », but specific, concrete spaces with their own place in history – the result of a complex local/global alchemy that qualify the assertion whereby globalisation standardises urban space