Chirurgie viscérale : hier, aujourd'hui, demain : petite philosophie de la chirurgie / par Philippe Hubinois ; sous la direction de Dominique Folscheid

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2005

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Chirurgie -- Philosophie

Éthique médicale

Folscheid, Dominique (1944-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Marne-la-Vallée (1991-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : La télé-chirurgie robot-assistée s’installe dans notre société technicienne. Elle n’est pas neutre au plan de l’éthique médicale. La « machine chirurgicale » pourrait dans le futur s’interposer entre l’opéré et l’opérateur, éloignés parfois de milliers de kilomètres durant l’intervention. L’image formée sur l’écran télévisuel de contrôle pourra-t-elle un jour remplacer le regard et le toucher du praticien, autrefois directement portés sur l’individu ? Le chirurgien ne sera-t-il bientôt plus qu’un technicien muni d’un écran et de sticks, allant de simulations virtuelles en répétitions in vivo, trans-continentales ? En réalité, l’évolution récente du droit médical montre que l’attente des patients dépasse très largement le seul souci de « réparation », ne se relâchant pas quant à l’importance ressentie du « colloque singulier » avec le professionnel. Ce qui invite le chirurgien moderne à rester vigilant, entre désir et proximité, ne délaissant pas la clinique pour la seule « technique »

Résumé / Abstract : Robot assisted surgery is slowly invading our world, taking side with regards to medical ethics. In a not too far future, one might watch this type of surgery operated between surgeons and patients thousands of miles apart. Can we then accept the image reflected on the screen as a valid substitute to the hand and eyes of the technician? Are we then accepting the surgeon as a technician whose tools would be limited to sticks and a screen? In fact, recent evolution in the field of medical ethics show that patients expect much more than the mere physical repair and consider that human direct contact with the surgeon is essential. This attitude appears as an invitation to avoid placing excessive emphasis on the technical aspect of surgery to the detriment of clinical aspect and human relationship