Les enfants de la colonie : les métis de l'Empire français entre sujétion et citoyenneté / Emmanuelle Saada ; préface de Gérard Noiriel

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

ISBN : 978-2-7071-3982-5

ISBN : 2-7071-3982-3

Catalogue Worldcat

EAN : 9782707139825

Métis -- Statut juridique -- Colonies françaises

Nationalité -- Colonies françaises

Citoyenneté -- Colonies françaises

Enfants métis -- Droits -- Colonies françaises

Classification Dewey : 944.08

Noiriel, Gérard (1950-....) (Préfacier, etc. / author of introd)

Collection : L'Espace de l'histoire / dir. par Christophe Prochasson ; avec la collab. de Vincent Duclert...[et al.] / Paris : la Découverte , 1995-

Relation : La "question des métis" dans les colonies françaises : socio-histoire d'une catégorie juridique (Indochine et autres territoires de l'Empire français, années 1890-années 1950) / Emmanuelle Saada ; sous la dir. de Gérard Noiriel / [S.l.] : [s.n.] , 2001

Résumé / Abstract : La 4e de couverture indique : "Pendant la colonisation française, des dizaines de milliers d'enfants sont nés d'« Européens » et d'« indigènes ». Souvent illégitimes, non reconnus puis abandonnés par leur père, ces métis furent perçus comme un danger parce que leur existence brouillait la frontière entre « citoyens » et « sujets » au fondement de l'ordre colonial. Leur situation a pourtant varié : invisibles en Algérie, ils ont été au centre des préoccupations en Indochine. La « question métisse » a également été posée à Madagascar, en Afrique et en Nouvelle-Calédonie. Retraçant l'histoire oubliée de ces enfants de la colonie, cet ouvrage révèle une face cachée, mais fondamentale, de l'histoire de l'appartenance nationale en France : il montre comment les tentatives d'assimilation des métis ont culminé, à la fin des années 1920, avec des décrets reconnaissant la citoyenneté à ceux qui pouvaient prouver leur « race française ». Aux colonies, la nation se découvrait sous les traits d'une race. Cette législation bouleversa le destin de milliers d'individus, passant soudainement de la sujétion à la citoyenneté : ainsi, en Indochine, en 1954, 4 500 enfants furent séparés de leur mère et « rapatriés » en tant que Français. Surtout, elle introduisait la race en droit français, comme critère d'appartenance à la nation. Cela oblige à revoir le « modèle républicain » de la citoyenneté, fondé sur la figure d'un individu abstrait, adhérant volontaire à un projet politique commun et à souligner les liens entre filiation, nationalité et race. "