John Foster Dulles, secrétaire d'état, et la France (1953-1959) : les relations franco-américaines entre idéalisme politique et réalités militaires / François David ; sous la direction de Georges-Henri Soutou

Date :

Editeur / Publisher : [Lieu d'édition inconnu] : [éditeur inconnu] , 2006

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Dulles -- John Foster -- 1888-1959 -- Et la France

Guerre froide

Relations extérieures -- États-Unis -- France -- 1945-1970

Relations extérieures -- France -- États-Unis -- 1945-1970

Classification Dewey : 909.825

Soutou, Georges-Henri (1943-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris-Sorbonne (1970-2017) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : John Foster Dulles : secrétaire d'État, Cold Warrior et père de l'Europe / François David ; préface de Georges-Henri Soutou,... / Paris : PUPS , DL 2011

Relation : John Foster Dulles, secrétaire d'État, et la France (1953-1959) : les relations franco-américaines entre idéalisme politique et réalités militaires / François David ; sous la direction de Georges-Henri Soutou / Lille : Atelier national de Reproduction des Thèses , 2008

Résumé / Abstract : John Foster Dulles laisse l'image d'un "Cold Warrior", alors que l'unité européenne est son vrai combat. Secrétaire d'Etat en 1953, il se donne pour priorité, avec son ami Jean Monnet, d'interrompre le cycle des guerres européennes, en substituant le fédéralisme aux souverainetés nationales. Ce projet personnel s'insère dans le "New Look" stratégique du président Eisenhower. Pour faire pièce à l'Armée rouge, sans se ruiner, les Etats-Unis explorent deux voies : d'abord, constituer une Europe continentale puissante grâce à la Communauté Européenne de Défense ; ensuite, nucléariser systématiquement les forces occidentales. Dans les deux cas, la France se situe au cœur de la politique de Dulles. Mais Diên Biên Phu, puis le rejet parlementaire de la CED, sonnent le glas de ses espoirs européens. Dulles considère désormais la France comme une alliée de moins en moins fiable, dont il doit limiter la capacité de nuisance, comme en témoigne son attitude durant la crise de Suez : la France doit renoncer à une politique mondiale, sous peine de provoquer des catastrophes en chaîne et de nuire à l'Occident face aux nations en développement. Quant à la nucléarisation des forces atlantiques, Eisenhower et Dulles contrent les tentatives françaises d'instaurer un partenariat stratégique franco-anglo-américain et de devenir une puissance nucléaire. Au total, Dulles doit surtout composer avec les problèmes de défense, alors qu'il nourrissait un projet de paix et de prospérité pour l'Europe. Dans les années cinquante, les relations franco-américaines illustrent cette difficulté d'appliquer une diplomatie idéaliste sans toujours donner leur dimension exacte aux réalités militaires.

Résumé / Abstract : Often depicted as a "Cold Warrior", John Foster Dulles has always made European unity his priority. Secretary of Sate in 1953, He focuses, along with his friend Jean Monnet, on putting an end to the European wars, by substituting federalism to the rivalry of sovereign nations. This personal goal fits with the strategic "New Look" of president Eisenhower. To hold the Red Army in check, without going into bankruptcy, the United States chooses two ways: first, the creation of a powerful Europe, thanks to the European Community of Defence ; secondly, the systematic nuclearization of Western forces. In both cases, France is at the very heart of Dulles' policy. Yet, Dien Bien Phu and the parliamentary reject of the EDC have put an end to Dulles' European hopes. For him, France, as an ally, is less and less reliable; its harmful capacity has thus to be limited. It explains his frontal opposition to the Suez raid: if France does not want to harm the Western relations with the developing countries, France must give up its worldwide policy, or chain-reaction catastrophes will occur. As for the nuclearization of Atlantic forces, Eisenhower and Dulles counter French attempts to institute a triangular strategic partnership, and to become a nuclear power. In total, whereas he simply wants peace and European prosperity, Dulles must handle pure defence problems. In the 1950's, French-American relations lay into this dialectic tension between strategy and tactics, and illustrate the difficulty of applying an idealistic diplomacy without always taking into account military realities.