Utérus bicicatriciels : quel mode d'accouchement ? : étude rétrospective menée au CHU de Besançon entre le 1er janvier 2000 et le 31 décembre 2004 auprès de 67 patientes sans antécédent d'accouchement par voie basse / par Catherine Delaunay

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2006

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Accouchement

Césarienne

École de sages-femmes (Besançon) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Introduction : L'augmentation du nombre des césariennes itératives est un phénomène mondial et national. En tant que futures sages-femmes, nous allons être amenées à prendre en charge un nombre croissant de patientes ayant un utérus multicicatriciel. Il n'existe actuellement pas de conduite à tenir faisant l'objet d'un consensus concernant le mode d'accouchement des patientes ayant un utérus bicicatriciel en général, et sans antécédent de voie basse plus particulièrement. - Objectif de l'étude : Dégager quels critères permettraient de proposer une épreuve utérine aux patientes ayant un utérus bicicatriciel sans antécédent d'accouchement par voie basse. - Matériel et méthodes : Étude rétrospective descriptive et analytique menée à partir de 67 dossiers obstétricaux constitués entre le 1er janvier et le 31 décembre 2004 au CHU de Besançon. Nous avons effectué dans un premier temps, une sélection de patientes qui avaient un utérus bicicatriciel, sans antécédent d'accouchement par voie basse. Dans un deuxième temps, nous avons sélectionné, à partir de cette première population, un sous-groupe de patientes potentiellement candidates à l'épreuve utérine. Cette sous-population présentait des facteurs prédictifs de réussite de l'épreuve utérine, établis selon les sources bibliographiques. - Résultats : 67 patientes correspondaient à notre population d'étude. Parmi elles, 4 ont accouché par voie basse. Pour deux d'entre elles, l'épreuve utérine était programmée ; les deux autres patientes ont accouché inopinément. Nous n'avons pas relevé de cas de rupture utérine. Parmi ces 67 patientes, 20 étaient potentiellement candidates à l'épreuve utérine. Les facteurs prédictifs de réussite étaient: un âge inférieur à 35 ans, pas d'antécédent d'infection dans le post-partum des césariennes précédentes, un délai entre la 2ième césarienne et le 3ième accouchement strictement inférieur à 19 mois, pas d'antécédent de césarienne réalisée avant 37 SA, et l'absence de suspicion de macrosomie. - Conclusion : La césarienne itérative à 38-39 SA en dehors du travail reste la conduite à tenir majoritairement adoptée pour de telles patientes dans un but de prophylaxie de la rupture utérine. Cependant, certaines patientes pourraient se voir proposer une épreuve utérine, si elles réunissent des critères prédictifs de réussite d'accouchement par voie basse