Petites villes de Normandie : Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel, villes secondaires de la région de Rouen 1450-1550 / Bruno Sintic ; sous la direction de Jean-Pierre Leguay, ...

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2005

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Villes médiévales -- France -- Normandie (France)

Petites villes -- Administration -- Moyen âge

Petites villes -- Aspect économique -- Moyen âge

Bourgeoisie -- Moyen âge

Leguay, Jean-Pierre (1938-2013) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Rouen Normandie (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Petites villes de Normandie : Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel, villes secondaires de la région de Rouen 1450-1550 / Bruno Sintic ; sous la direction de Jean-Pierre Leguay, ... / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 2005

Résumé / Abstract : La fin de la guerre de Cent ans marque tournant dans l'histoire des villes normandes. Notre projet était de décrire le sort des villes secondaires à la fin du XVe siècle, à partir de 4 villes qui disposent de sources assez abondantes : Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel. Les comptabilités municipales et seigneuriales révèlent le lien étroit existant entre les petites villes et la royauté. Le redressement de ces agglomérations a été soutenu financièrement par celle-ci. Le pouvoir royal a voulu rétablir les fortifications de villes qui permettent de défendre la province face aux ennemis toujours menaçants. L'amélioration de la sécurité rend possible la reprise des activités économiques et le retour du bien-être matériel des habitants. Les villes redeviennent par conséquent, pour le roi des sources de revenus fiscaux. Les sources permettent aussi de découvrir les institutions présentes dans les petites villes. Celles-ci sont gérées par des assemblées d'habitants, qui désignent un trésorier, le "receveur", et un représentant de la ville, le"procureur des habitants". Les villes accueillent aussi les agents du roi. Ainsi, des relations régulières unissent les villes secondaires à la royauté. Ces documents renseignent sur l'usage que les bourgeois font de l'argent public. Travaux de fortification, remise en état des infrastructures économiques (ponts, moulins, rues, halles), frais de réception absorbent la plus grande partie du budget urbain. Les registres notariés de Louviers et Neufchâtel permettent de mieux connaître les activités économiques et les groupes sociaux. Les petites villes entretenaient des liens étroits avec leurs campagnes : elles achetaient les denrées agricoles et les transformaient en tissus, cuir travaillé, objets de fer, puis les redistribuaient aux paysans. La ville est aussi le lieu où l'on peut emprunter de l'argent. La fonction économique et financière marque ainsi toutes les petites agglomérations. Il en résulte l'existence d'une élite aisée, les bourgeois, qui dirigent les destinées de leur ville. Les comptes et les registres notariés ont contribué à définir ce qu'était une petite ville en Normandie à la fin du Moyen Age

Résumé / Abstract : The end of the Hundred War represents a turning point in the history of Norman towns. Our purpose was to describe the situation of the small towns at that time and their evolution until 1550, particulary of four of them that keep rather abundant archives : Pont-Audemer, Harfleur, Louviers, Neufchâtel. Among these archives, the communal accounts reveal the tight relation that existed between small towns and royal power. The French crown supported with its own money their reconstruction. The kings will was to rebuild town walls, that provided defence and protection in the face of always threatening enemies. A better security ensures the recovery of the economic activities and a new welfare for the inhabitants. Therefore, towns become sources of tax income again. The documents inform us about the towns political institutions. A treasurer, th "receveur", and a town representative, the "procureur des habitants" were chosen by assemblies of inhabitants. In these small town there were also royal agents. then regular relations and daily collaboration joined secondary towns to the French Crown. We can see how the "bourgeois" make use of the town money. Build the town walls, rebuild the economic substructures (bridge, mills, roads, halls), organize official receptions are the most important occasions of spending. By the way, one can estimate the organisation of building sites and the evolution of the town landscape. Notary registers of Louviers and Neufchâtel allow to describe the economic activities and social groups. The small towns kept tight relationships with their rural periphery. The town is also the place where borrow money. All the small towns had economic anf financial functions. consequently, it appeared a fortunate social class, the "bourgeois", that took control on the town power. These archives contributed to elaborate a definition of the Norman small town in the later Middle Age.