Etude en IRM de la perfusion myocardique chez des patients atteints d'une myocardiopathie sclerodermique / Cristina Burckel ; sous la dir. de Olivier Vignaux

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2004

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Sclérodermie

Microcirculation

Imagerie par résonance magnétique

Vignaux, Olivier (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris 13 (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : [Résumé français]La sclérodermie systémique (SSc) est une connectivite fréquemment associée à une atteinte cardiaque primitive. Les inhibiteurs calciques dihydropyridiniques (ICD) ont démontré leur intérêt pour améliorer la perfusion myocardique. Dans cette étude leur action sur la microcirculation coronaire a été évaluée, pour la première fois, par des techniques IRM. Patients et méthodes : 18 patients atteints de SSc ont été étudiés prospectivement. Les patients étaient répartis en 10 formes cutanées diffuses et 8 limitées. 14 femmes et 4 hommes avaient un âge moyen de 59+-9 ans. La durée moyenne de la maladie était de 7+-4 ans. 9 patients avaient une fibrose pulmonaire sans atteinte pulmonaire sévère. 9 patients avaient des anticorps anti-topoisomérase 1 et 5 des anti-centromères. Tous les participants ont eu une IRM au repos, après arrêt des ICD depuis 72 heures, puis un nouvel examen deux semaines après la prise orale de 60mg/j de nifedipine. Le nombre de défects et l'index de perfusion, marqueurs de la perfusion myocardique, ont été mesurés par IRM aux 2 temps. Résultats : Après 14 jours de traitement, les ICD ont eu un impact significatif à la fois sur l'index de perfusion myocardique qui s'est amélioré d'environ 30% (0.26+-0.07 contre 0.19+-0.05 au début (p=0.0003)) ainsi que sur le nombre total de défects de perfusion qui ne persistaient plus que chez 33% des patients contre 72% au début. Chez 7/18 des patients (39%), les multiples défects de perfusion initialement constatés avaient complètement disparu à la fin de l'étude (p inférieur à 0.005). Conclusion : Les données de l'IRM ont permis d'objectiver que les ICD améliorent, à court terme, la perfusion myocardique des patients sclérodermiques. A long terme, les implications potentielles sont doubles : thérapeutique pour les ICD et diagnostique pour l'IRM. Ces résultats confortent ceux déjà obtenus par des études similaires réalisées avec des techniques de perfusion conventionnelles type scintigraphie au Tl et PET scan.