L' opinion française et les problèmes marocains (1945-1951) : le cas de la presse parisienne : contribution à l'étude de l'histoire coloniale française / Abdellah Ghelfane ; sous la dir. de Jean-Jacques Becker

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2000

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Opinion publique -- France

Relations extérieures -- France -- Maroc -- 1945-1970

Relations extérieures -- Maroc -- France -- 1945-1970

Maroc -- Opinion publique française

Becker, Jean-Jacques (1928-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris Nanterre (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : [Résumé en français] CETTE ETUDE ABORDE L'ATTITUDE DE LA PRESSE PARISIENNE VIS-A-VIS DES PROBLEMES MAROCAINS, DE 1945 A 1951. ETANT DONNE L'AMPLEUR, L'AMBIGUITE ET LA MULTIPLICITE DES COMPOSANTES DU CONCEPT "OPINION PUBLIQUE", IL A PARU UTILE DE RESTREINDRE LE CHAMP DE LA RECHERCHE A LA PRESSE PARISIENNE, EN TANT QU'ELEMENT EXPRESSIF DE CETTE DERNIERE, MAIS AUSSI COMME INSTRUMENT IMPORTANT D'INFORMATION ET D'ENCADREMENT DU PUBLIC, SOUVENT DESARME PAR L'IGNORANCE D'UNE SITUATION COMPLEXE ET LOINTAINE DE SES PREOCCUPATIONS. AINSI, A TRAVERS L'EXAMEN QUANTITATIF ET QUALITATIF DE QUATORZE JOURNAUX, DONT TROIS HEBDOMADAIRES ET ONZE QUOTIDIENS, IL S'AGIT D'ETUDIER L'INTERET CONSACRE AUX PERIPETIES DU CONFLIT FRANCO-MAROCAIN ET, NOTAMMENT, LES PROCEDES ARGUMENTATIFS ET DEMONSTRATIFS UTILISES POUR REPONDRE AU NOEUD DE LA CRISE MAROCAINE : MAINTIEN OU ABOLITION DU PROTECTORAT. POUR EVALUER LA PERCEPTION DE LA PRESSE DES MECANISMES DU CONFLIT FRANCOMAROCAIN, EVITER UNE ETUDE "LEGERE" ET POLEMIQUE, LA RECONSTITUTION DES FAITS, DOMINES PAR UNE LUTTE CONSTANTE ENTRE LE REFORMISME COLONIAL ET L'IDEAL DE L'INDEPENDANCE, S'IMPOSE POUR CERNER AUSSI LES RAISONS DE L'IMPASSE DANS LAQUELLE S'ETAIENT FOURVOYES LES RAPPORTS FRANCO-MAROCAINS. SANS REVENIR SUR LES NUANCES ET LES ANALOGIES, LES QUALITES ET LES LACUNES DE CETTE PRESSE A VOCATION HETEROGENE, QUELLE ETAIT SA POSITION A L'EGARD DE L'INDEPENDANCE MAROCAINE ? JUSQU'A 1949, LA MAJORITE DE LA PRESSE L'AVAIT JUGEE PREMATUREE ET PREJUDICIABLE AUX INTERETS MEME DES "PROTEGES", EN S'APPUYANT, NON SANS VIOLENCE RHETORIQUE PARFOIS, SUR UN ARSENAL D'ARGUMENTS DE TOUT ORDRE. PERSUADEE DES DYSFONCTIONNEMENTS DU PROTECTORAT MAIS INCAPABLE DE SACRIFIER DE MULTIPLES INTERETS EN JEU, LA PRESSE DANS SON ENSEMBLE AVAIT ADOPTE UN DISCOURS UNIFORME QUI JUXTAPOSAIT L'EXIGENCE DE REFORMES CONCRETES AVEC UN REJET FORMEL DE L'INDEPENDANCE, IDENTIFIEE A UNE UTOPIE PORTEUSE D'ANARCHIE ET D'EXPLOITATION DU PEUPLE PAR UNE "CASTE" DE NATIONALISTES, TAXEE D'INCOMPETENCE ET D'IMPOPULARITE, D'AVIDITE AU POUVOIR ET A LA FORTUNE. MAIS A PARTIR DE 1950, UN REVIREMENT SE CRISTALLISAIT AU SEIN D'UNE MINORITE DE JOURNAUX CHRETIENS ET DE GAUCHE QUI S'EFFORCAIT, TOUT EN SOUTENANT L'AUTONOMIE DU MAROC, DE BRISER DES IDEES ACQUISES ET MYTHIFIEES, DE RENOUVELER LA LECTURE DES PHENOMENES COLONIAL ET NATIONALISTE, ET REFUSER PREJUGES ET TABOUS.