Le patronage politique des conflits pour l'emploi : le cas de la Seine-Saint-Denis (1991-1994) / Sophie Camard ; sous la direction de Philippe Braud

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Grèves et lock-out -- France -- Seine-Saint-Denis (France) -- 1990-2020

Syndicalisme -- France -- Seine-Saint-Denis (France) -- 1990-2020

Communisme -- France -- Seine-Saint-Denis (France)

Braud, Philippe (1941-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. UFR 11 Science politique (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Relation : Le patronage politique des conflits pour l'emploi : le cas de la Seine-Saint-Denis (1991-1994) / Sophie Camard ; sous la direction de Philippe Braud / Lille : ANRT , 2002

Résumé / Abstract : Malgré le recul statistique des grèves, les conflits pour l'emploi ont été particulièrement nombreux au début des années 1990, période de crise économique. En Seine-Saint-Denis, terrain choisi, l'influence du PCF et de la CGT peut favoriser non pas le nombre de conflits mais une certaine forme de politisation. Avec la désindustrialisation, le reflux de l'état-providence, les conflits sur l'emploi traduisent un besoin de protection et d'ancrage local, qui permet aux élus communistes d'exercer des formes de « patronage politique ». Dans la première partie de la thèse est étudié le potentiel politique des conflits. Une analyse quantitative et qualitative des grèves en Seine-Saint-Denis est comparée à l'évolution nationale. Un retour sur l'implantation locale du PCF montre un parti en déclin pour lequel l'emploi industriel et les délocalisations constituent un enjeu d'affrontement avec l'état, pour la définition d'un projet de développement économique et le maintien d'une base électorale. La deuxième partie étudie trois exemples : Gec-Alsthom au Bourget, Duroi-Jacquet au Blanc-Mesnil, Krema à Montreuil. Les conflits dans l'entreprise se déclenchent a la faveur d'une CGT fortement implantée, d'une mémoire des luttes passées, du détonateur émotionnel d'un évènement. Les conflits se politisent par une transaction locale, par l'appel aux pouvoirs publics, à la population, aux élus. Les élus communistes jouent un rôle particulier, en voulant montrer la fidélité de leur engagement mais aussi l'autorité particulière de leur fonction. L'issue de ces conflits entretient un certain sentiment d'impuissance politique. Les représentants de l'état se retranchent derrière la neutralité et des réponses au cas par cas. Les élus communistes dénoncent la politique du gouvernement mais redéfinissent leur gestion municipale en cherchant des réponses concrètes au départ des entreprises et en se convertissant finalement à un certain pragmatisme économique.