Contribution à l'étude de l'électrocardiographie haute résolution après infarctus myocardique / Christian de Chillou de Churet ; sous la dir. de Étienne Aliot

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2000

Format : 1vol. (281 p.)

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Appareil cardiovasculaire

Électrocardiographie

Infarctus du myocarde

Occlusion coronarienne

Tachycardie ventriculaire

Aliot, Etienne (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Nancy I (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Thèse de doctorat en Génie biologique et médical. L'électrocardiographie haute résolution est une technique de traitement du signal électrocardiographique qui permet la recherche et l'analyse des composantes de faible amplitude présentes au sein de ce signal. Les travaux rapportés dans cette thèse s'inscrivent dans le cadre de l'évaluation clinique de cette technique chez des patients qui ont présenté un infarctus myocardique aigu. Ces travaux montrent l'effet protecteur de la reperméabilisation de l'artère responsable de l'infarctus sur l'apparition des potentiels tardifs ventriculaires (étude N° 1) qui semble davantage dépendre du délai d'obtention de la reperméabilisation coronaire que de la technique employée (thrombolyse ou angioplastie) pour l'obtenir (étude N°2). Le caractère présumé étiopathogénique de cette relation est renforcé par le fait que les récidives ischémiques dans la zone infarcie conditionnent l'apparition des potentiels tardifs ventriculaires à moyen terme (étude N°4). Le substrat arythmogène semble se développer sous certaines. conditions puisque, dans un contexte d'artère coronaire occluse, la présence de segments hypokinétiques au niveau de la zone infarcie est fortement corrélée avec une prévalence élevée de potentiels tardifs ventriculaires (étude N°3). Enfin, sur le plan pronostic la relation entre occlusion coronaire et présence de potentiels tardifs ventriculaires se maintient car ces deux facteurs sont associés au risque ultérieur de tachycardie ventriculaire mais pas à celui de mort subite cardiaque (étude N° 5).