La destruction des palais minoens : analyse d'un fait archéologique / Georgia Poursoulis ; sous la direction de Christian Le Roy

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Architecture minoenne -- Grèce

Séismes -- Grèce

Protohistoire -- Grèce

Palais -- Grèce

Construction parasismique -- Grèce

Antiquités -- Crète (Grèce)

Le Roy, Christian (1929-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Concernant la question des destructions des palais minoens, notre démarche a rompu avec la tradition des théories catastrophistes, liées aux phénomènes sismique ou volcanique, en tenant compte de la sismicite réelle de la Crète. Cette dernière, de nature locale, modérée et récurrente, produit des séismes de faible intensité mais de grande fréquence qui affectent des lieux privilegies dont les sites minoens ne font pas partie. Les traces de destructions signalees par les archéologues sont en fait des modifications inte, rieures des édifices, efféctuées au MMII-III et de traces de combustion datant du MRIB. La composition et la position stratigraphique des traces de combustion ont montré que, dans tous les cas, elles étaient le résultat d'actions humaines délibérées, produites par un incendie allumé volontairement, ou constituées par un dépôt de matières. L'étude architecturale des édifices a montré qu'ils étaient conçus selon des techniques particulières leur conférant un caractère sismo-résistant, conforme aux normes parasismiques établies par les ingénieurs modernes. Enfin l'évolution de l'occupation en Crète du néolithique au géometrique, correspondait, dans ses phases de croissance et de régression, à l'évolution de chaque site minoen étudié. La construction des palais au MM, leurs modifications intérieures au MMII-III et leur fin d'utilisatioà une concentration de l'occupation autour de Knossos et à une centralisation du pouvoir dans cet édifice par la mise hors d'usage des trois autres palais.

Résumé / Abstract : Archaelogsits use to consider traditionaly thet the minoan palaces were destroyed by sismic or volcanic action. our researches'raw material is a study of the cretish sismicity, which shows to be principaly local, moderate and recurrent. Cretish earthquakes are frequent but low. minoan sites are excluded from their specific locations. on the other hand, there is two different types of destruction traces described by the archaeologists, wich are successive and chronologicaly separated. first traces, from the MMII-III, are buildings'internal modifications, such as closed doors, or walls creations sharing rooms in two spaces. Seconds are combustion traces from the MRLB. Burning traces composition and their stratigraphical position in the buidings'spaces shows that, in all cases, they are human intentional actions results, materialised by fires or by substances deposits. The minoan constructions architectural study shows some specific technics use, giving a sismo-resistant behaviour to the buildings, according to modern antisismic standards. Finally, the Cretish occupations' evolution from the neolithic to the geometric periods squares with every minoan sites one. the minoan palaces' erection during mm times, their internal modifications at MMII-III and their end of use at MRIB, are inscribed in the minoan society historical evolution process, which lead to a population concentration around the knossos area and to the political power centralization in this palace, after the three others palaces abandonment.