Analyse moléculaire des gènes des régions variables des chaines β des TCR : application à la pathologie humaine / Fabienne Franck Legras ; sous la direction de Jean-Louis Pasqueli

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 1994

Format : 163 P.

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Pasqueli, Jean-Louis (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Louis Pasteur (Strasbourg) (1971-2008) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Analyse moléculaire des gènes des régions variables des chaines β des TCR : application à la pathologie humaine / Fabienne Franck Legras ; sous la direction de Jean-Louis Pasqueli / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 1994

Résumé / Abstract : Nous avons exploré l'utilité des techniques de PCR pour analyser le répertoire des chaines Vβ des TCR dans deux situations cliniques différentes: 1) une pathologie auto-immune spécifique d'organe: le syndrome de Sjogren primitif, et 2) l'infection primaire due au VIH. Auparavant, nous avons validé ces techniques par l'étude de deux cas de leucémie lymphoïde chronique à cellules T CD8 positives. Au cours de cette pathologie, le clone malin se caractérisé par l'expression d'un seul réarrangement de la chaine Vβ du TCR. Notre technique d'analyse démontre par ailleurs l'absence de variabilité intraclonale rendant théoriquement possible une thérapie par anticorps anti- Vβ Vβ. Au cours de l'étude du syndrome de Sjogren, les familles Vβ amplifiées des lymphocytes T infiltrant les tissus lésés, diffèrent d'un patient à un autre sans homologie claire entre les différentes régions CDR3 des patients. Une immunothérapie ne serait envisageable que chez les patients en phase initiale où les familles Vβ exprimées par les lymphocytes T potentiellement pathogènes sont peu nombreuses. L'analyse du répertoire des chaines Vβ des TCR des lymphocytes CD4 positifs ou CDd8 positifs chez les patients en phase de primo-infection au VIH a permis de montrer une restriction transitoire du nombre des familles Vβ à ce moment de la pathologie. La nature des régions CDR3 analysées reste très hétérogène. Néanmoins il semble que certaines familles Vβ amplifiées soient associées à des gènes Jβ particuliers. Cela peut correspondre à une expansion quasi monoclonale de lymphocytes T devenu prédominants, dont le rôle dans la réponse immunitaire reste à définir.