Éléments pour une théorie générale des transitions démocratiques de la fin du XXème siècle / Christophe Euzet ; sous la direction de Henry Roussillon

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 1997

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Démocratie

Diversité culturelle

Droit et État

Roussillon, Henry (1944-.... ; juriste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Toulouse 1 Capitole (1970-2022) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Éléments pour une théorie générale des transitions démocratiques de la fin du XXème siècle / Christophe Euzet ; sous la direction de Henry Roussillon / Lille : Atelier national de reproduction des thèses , 1997

Résumé / Abstract : Le dernier quart du vingtième siècle a véhiculé un phénomène quasi-universel de transition vers le modèle démocratique occidental. La délégitimation progressive des systèmes traditionnels puis des options alternatives, consacrée par la dislocation du bloc communiste à la fin des années quatre-vingts, a conduit les acteurs des régimes privatifs de libertés à s'orienter ver la solution pluraliste. Au terme de processus d'une grande diversité, nombre d'états ont ainsi procédé à la construction institutionnelle de la démocratie. Partout cependant, le régime pluraliste qui requiert l'adhésion à une praxis politique, se heurte, à l'issue de la transition institutionnelle, à des obstacles politiques économiques et culturels qui invitent l'analyste de la consolidation à la plus grande prudence. Il n'en reste pas moins que le phénomène a généré un formidable élan de renouveau constitutionnel qui, au delà des spécificités ponctuelles consacrées, illustre une unicité certaine quant aux solutions constitutionnelles retenues, empreintes de mimétisme. Fondé sur l'universalisation de l'idéologie des droits de l'homme, la suprématie accordée aux organes exécutifs et l'émergence de la justice constitutionnelle, le mouvement semble présager, à terme, l'uniformisation des cadres institutionnels. Mais la perspective d'une universalisation démocratique fait apparaitre un certain nombre de paradoxes fondamentaux qui suscitent une réflexion sur le modèle lui-même. Au delà de la cohérence des choix constitutionnels et de la volonté politique des acteurs en effet, l'adhésion à la démocratie constitutionnelle des sociétés récemment ouvertes au pluralisme impliquera un effort de la part des sociétés occidentales afin de revivifier un modèle en "déficit de sens". C'est à ce prix seulement que l'humanité se préservera du retour des ultra- nationalismes et des mouvements culturalistes qui hypothèquent le "meilleur des modes de gouvernement", y compris sur ses terres originelles.

Résumé / Abstract : The last quarter of the twentieth century has conveyed an almost universal phenomenon of transition toward the occidental democratic system. The fact that the traditional systems thein their alternative options have progressively lost their justification, it has been established by the dismantling of the former communist block in the late eighties, has lead the protagonists of the authoritarian and totalitarian regimes to move towards the pluralistic system. In the final stage of a great variety processes, number of states have conducted the institutional construction of democracy. Everywhere though, the pluralistic regime that must meet the support to a political praxis, is faced - after the institutional transition - to political, economical and cultural impediments, which calls upon the analyst of consolidation to be even more careful. The phenomenon of the twentieth century has however provided a fantastic impetus of constitutional revival that, beyond the established punctual specificities, illustrates a real uniqueness of the constitutional solutions adopted, all marked by mimicry. Based on the universalization of the ideology of the rights of mankind, the supremacy given to the executive and the aparence of constitutional justice, this movement seems to foretell a standardization of the institutional framework. But actually, the analysis of a democratic universalization to come, lets a certain number of fundamental paradoxes appear, which require much thought on the model itself. Beyond the coherence of the constitutional choices, and the political will of the protagonists, the acceptance of constitutional democracy by the societies that have just discovered pluralism, will imply efforts from the occidental societies in order to revivify a model lacking meaning. That's the price to pay for humanity to keep from ultranationalisms and culturalist movements away, which sign away "the best way of government", even in its original birthplace.