La loi du rêve : approche topologique de l'organisation sociale et des cosmologies des Aborigènes australiens / Barbara Glowczewski ; sous la direction de Jean Guiart

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Aborigènes d'Australie

Ethnologie -- Australie

Guiart, Jean (1925-2019) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : La Loi du rêve : approche topologique de l'organisation sociale et des cosmologies des Aborigènes australiens / B. Glowczewski / Lille : A.N.R.T , 1989

Résumé / Abstract : Le mot "rêve" de nombreuses tribus australiennes désigne aussi des récits mythiques, des êtres totémiques qui en sont les héros et des itinéraires géographiques décrits par ces histoires; en ce sens un "rêve" est souvent le nom individuel ou collectif des hommes liés a l'être ou au peuple mythique concerné. Lorsque cette polysémie est absente, le rêve reste le référent d'un espace-temps parallèle qui lie les humains à des totems, mythes, sites et rites associés. les aborigènes traduisent cette notion du rêve par "loi", signifiant à la fois leur organisation sociale (parenté classificatoire, alliance, droits territoriaux, tabous, devoirs rituels) et leur conception cosmologique (temps, espace, naissance, mort). Cette thèse a recours à la topologie pour tenter de formaliser l'homéomorphisme sous-jacent à la cosmologie et aux règles sociales. Cinq parties thématiques traitent des rapports suivants: 1)totémisme territorialité langage, 2)masculin féminin symbolisme mythico-rituel, 3)filiation alliance classifications, 4)interdits transgressions ritualisations, 5)mythes rites onirisme. Dans chaque partie un premier chapitre analyse la société warlpiri du désert central et le second interroge le même aspect pour quelque quatre-vingt autres tribus australiennes. La comparaison intertribale d'une part vise à montrer que, par delà les différences de systèmes de parenté, de rites, de mythes et de conceptions cosmologiques, il est possible de dégager une logique commune à ce qui articule les sociétés aborigènes, d' autre part elle propose une figure topologique - l'hypercube - permettant d'inscrire les divers aspects de la société dans un processus de contrainte structurale

Résumé / Abstract : In many australian tribes the word "dream" also designates mythical accounts, their heroes, the totemic beings, and the geographical paths described by these stories; as such a "dream" is often the individual or collective name of the men connected with the mythical beings concerned. When this polysemy is lacking, dreaming remains the referent of a parallel space-time linking humans with totems, myths, sites and rites associated with them. aborigines translate this notion of dream by "law", refering to both their social organization (classificatory kinship, alliance, land rights, tabus, ritual duties) and their cosmological world-view (notion of time, space, birth, death, etc.). This thesis uses topology to try to formalize the underlying homeomorphism of cosmology and social rules. five thematic parts are concerned with interrelations regarding the following phenomena: 1) totemism, territoriality and language, 2) male and female mythico-ritual symbolism, 3) descent, alliance and social classifications, 4) tabus, transgressions and ritualization, 5) myths, rites and onirism. The first chapter of each part analyses the central desert warlpiri society; the second envisages the same aspect for some eighty other australian tribes. Through this intertribal comparison, the author, on the one hand shows that, beyond local differences of kinship systems, rites, myths and cosmological conceptions, it is possible to delineate a common logic which articulates different aboriginal.