EVOLUTION DE L'ECONOMIE MAROCAINE PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE (1939-1945). CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'HISTOIRE ECONOMIQUE ET SOCIALE DU MAROC CONTEMPORAIN / MOHAMED ECHAOUI ; SOUS LA DIRECTION DE ANDRE NOUSCHI

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 1995

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Conditions économiques -- Maroc -- 1912-1956

Nouschi, André (1922-2017) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Nice (1965-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université de Nice-Sophia Antipolis. U.E.R. Arts et Sciences Humaines (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : EN 1906, LA CONFERENCE D'ALGESIRAS CONSACRA L'OUVERTURE DU MARCHE CHERIFIEN AU COMMERCE INTERNATIONAL A TRAVERS LE PRINC IPE DE LA LIBERTE ECONOMIQUE ET DE L'EGALITE COMMERCIALE ENTREE LES PUISSANCES EUROPEENNES. CEPENDANT, EN 1912, LE PROTE CTORAT FRANCAIS S'ACCAPARA CE MARCHE PAR LE DEVELOPPEMENT D'UNE ADMINISTRATION POLITIQUE, D'UNE COLONISATION AGRICOLE ET DES LIENS ECONOMIQUE ET FINANCIERS. A L'APOGEE DE CETTE COLONISATION, LA GUERRE DE 1939 VINT BOULEVERSER LES DONNES, ET POUR MIEUX REPONDRE A L'EFORT DE GUE RRE AU TITRE DE LA SOLIDARITE COLONIALE, LES AUTORITES FRANCAISES PROCEDERENT A UNE REORGANISATION ADMINISTRATIVE ET CREERENT DE NOUVELLES STRUCTURES CONFIANT AINSI LA GESTION DE L'ECONOMIE AU PATRONAT EUROPEEN. LA FIN DU CONFLIT RELANCA LA LUTTE NATIONALISTE POUR L'INDEPENDANCE EN 1944, MAIS LA FRANCE REPONDIT PAR DES REFORMES D'ORDRE ECONOMIQUE ET SOCIAL QUI S'INSCRIVAIENT PLUTOT DANS LE CADRE DU PLAN MONNET ET DU PLAN MARSHALL POUR LA RECONSTR UCTION DES ECONOMIE FRANCAISE ET EUROPEENNE . LE MAROC N'A PAS CONNU D'OPERATIONS MILITAIRES SUR SON TERRITOIRE, CEPENDANT LE TRIBUT PAYE PAR SON ECONOMIE ET LOURDEME NT SUPPORTE PAR LES POPULATIONS FUT ENORME. AINSI, SUR UNE SOMME GLOBALE DE 6839 MILLIONS REPRESENTANT LE TOTAL DES DOMMAGES SUBIS PAR L'AFRIQUE DU NORD ENTRE 1939 ET 1945, SA PART ETAIT DE 3054 MILLIONS DE FR., SOIT 44,65% CONTRE 2741 MILLIONS POUR LA TUNISIE (40,27%) ET 1044 MILLIONS POUR L'ALGERIE.