L'Image poétique dans l'oeuvre de S.T. Coleridge, ou la question de la représentation / Marie-Jeanne Ortemann ; sous la direction de Jean Raimond

Date :

Editeur / Publisher : [Lieu de publication inconnu] : [Éditeur inconnu] , 1987

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Coleridge -- Samuel Taylor -- 1772-1834 -- Critique et interprétation

Raimond, Jean (1934-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Reims Champagne-Ardenne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : L'image poétique est envisagée comme le critère formel permettant d'explorer l'unité de l'œuvre du poète-métaphysicien, définie comme un va-et-vient poésie-prose. Toujours fonde sur la relation "i thou", le travail incessant de l'esprit, tel qu'il est recompose a partir des étapes jalonnant l'axe "idea-image", apparait comme le sous-bassement nécessaire a toute mise en forme poétique. Elle-même analogue en ce sens a l'élaboration philosophique. L'histoire de la relation sujet-objet, et l'engendrement de mots-images qui l'exprime dans le poème, sont autant de représentations explorant jusqu'aux limites de la connaissance. Il en résulte, notamment dans les late poems, un jeu d'ombre et de lumière qui construit le clair-obscur propre a l'œuvre coleridgienne.

Résumé / Abstract : The poetical image is considered as the formal criterion enabling the reader to examine the poet-metaphysician's writings as a whole, which is then defined as a prose-poetry intercourse. Based on the "i thou" relationship the workings of the mind, reconstructed from the significant "landing-places" marking out the "idea-image" axis, emerge as the necessary foundation of poetical composition, which makes it similar to philosophical reasoning. The history of the subject-object relationship with the producing of words as images, which together constitute the formal sign of this relationship in the poem, are representations indicating how far the process of knowledge can be investigated. Consequently an interplay of light and darkness, as is epitomized in the late poems, can be observed, and its arrangement constitutes the unique coleridgian chiaroscuro.