Biologie des Laurencia du littoral boulonnais / José Godin ; sous la direction de M. Bodard

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 1985

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Rhodophycées

Plantes -- Morphogenèse

Ultrastructure (biologie)

Écophysiologie

Littoraux -- Boulonnais (Pas-de-Calais)

Classification Dewey : 579.89

Université Lille 1 - Sciences et technologies (Villeneuve-d'Ascq ; 1970-2017) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Après avoir dressé le bilan des connaissances systématiques à propos des trois espèces de Laurencia du littoral boulonnais, l'étude écologique des peuplements est entreprise et aboutit à la définition d'une ceinture des Laurencia. La morphogenèse indique que la variabilité de la construction de l'ensemble du thalle, selon les espèces, est en partie une réponse à l'action de facteurs du milieu. La construction du thalle à partir de la cellule apicale avec transfert des potentialités à une seule coxale phyllidienne permet de rapporter ce type à une variante du cladome "rhodoméloïde" appelée "Laurencioïde". Chez le Laurencia pinnatifida, il y a une dualité d'origine entre les néoformations et les rhizoïdes. Les néoformations s'élaborent dans la zone centrale du thalle, tandis que les rhizoïdes évoluant en disques de fixation sont issus de la zone périphérique. La cellule coxale a un rôle essentiel dans la détermination des territoires morphogénétiques et de leurs potentialités. L'analyse des résultats des investigations cytologiques permet de définir des ensembles de cellules à aspect caractéristique et à vocation précise correspondant aux territoires précédemment définis. La recherche expérimentale de l'action de différents paramètres (qualité de la lumière, irradiance, durée d'émersion) a mis en évidence leur influence combinée sur l'initiation, la rythmicité, les concentrations en pigments et la photosynthèse chez le L. pinnatifida et le L. hybrida ; sur la croissance globale chez le L. hybrida. Les résultats confirment la théorie de l'adaptabilité chromatique et montrent une convergence entre la stratégie morphogénétique et physiologique des deux espèces.