Istanbul, 1914-1923 : capitale d'un monde illusoire ou l'agonie des vieux empires / dirigé par Stéphane Yerasimos

Date :

Type : Livre / Book

Langue / Language : français / French

ISBN : 978-2-86260-367-4

ISBN : 2-86260-367-8

Catalogue Worldcat

EAN : 9782862603674

Guerre mondiale (1914-1918) -- Istanbul (Turquie)

Empire ottoman -- 1918-1922 (Mehmet VI)

Empire ottoman -- 1909-1918 (Mehmet V)

Istanbul (Turquie) -- 1900-1945

Classification Dewey : 956.1

Yerasimos, Stéphane (1942-2005) (Directeur de publication / publishing director)

Collection : Autrement / Paris : Éditions Autrement , 1990-1995

Résumé / Abstract : La 4e de couverture indique : "Première Guerre mondiale. Capitale d'empires pendant treize siècles, Istanbul contemple des bords du Bosphore l'écoulement du Vieux Monde, l'agonie de trois empire austro-hongrois, russe et ottoman. Située à l'intersection du Drang nach Osten allemand et de la descente vers les mers chaudes russes, au point précis où la route maritime des détroits coupe celle, terrestre, du chemin de fer Berlin-Bagdad, la ville est le trophée majeur de la Grande Guerre. Mais, simple relais d'une expansion coloniale pour les uns, elle reste toujours Tsarigrad, la ville impériale, pour les autres. Plus qu'un enjeu géopolitique, elle est alors l'objet d'une utopie impériale, où Nicolas II de Russie est en concurrence avec Ferdinand de Bulgarie et Constantin de Grèce, chacun rêvant d'être couronné, dans Sainte-Sophie, empereur de la Nouvelle Rome. C'est donc en cristallisant sur elle le mirage d'un empire nouveau que l'eternelle Constantinople assiste à l'écroulement des vieux empires. Envahie pas les Alliés en novembre 1918, la ville d'enfonce dans la folie cosmopolite. Au quatrième étage d'un immeuble attenant à la Grande Rue de péra, un quarteron d'officiers complote pour sauver la Turquie ; au deuxième - le troisième est un bordel - siège un comité de libération d'un peuple du Caucase ; au premier un parti fédéraliste ottoman ; et la boutique du tailleur grec au rez-de-chaussée est ornée d'un immense portrait de Venizélos. Dans la rue patrouillent un Sikh de l'armée britannique, un tirailleur sénégalais, un carabinier italien et un evzone grec. Avec une nouvelle génération d'Etats-nations, Istanbul cédera bientôt la place à Ankara, la rude cité du plateau anatolien."